Orydice matériau

Orydice matériau

Ateliers dirigés par Stéphane Cheynis

Oratorio Butô d’après le mythe d’Orphée et Eurydice

Dijon / Paris / Bruxelles

net

Cet atelier invite les participants à exercer leur désir de jouer, de danser, de dire, suivant un processus théâtral inspiré de la danse Butô et du mythe d’Orphée et Eurydice. Il s’agit de concevoir par l’intermédiaire du jeu, de la danse, de la voix, une forme théâtrale « in progress » impliquant un processus de travail basé sur la déconstruction et la reconstrcution des corps, des genres, des espaces réels et imaginaires, des rites.
Cet atelier est une orchestration vocale et physique, un oratorio qui rend compte d’un mythe, mais surtout d’un matériau à pétrir, à morceler, à froisser et plier dans tous les sens. Pour sortir des sentiers battus et nous interroger à la lumière délicate de notre propre mythologie.

Quelques axes de travail…

S’approprier le myhte d’Orphée et Eurydice de l’intérieur. S’interroger sur sa fonction, sur sa possible transposition dans notre monde actuel. Analyser les deux grandes figures qui le composent, et la figure de Dionysos qui s’y rattache.

S’intéresser aux champs d’exploration du corps sous l’action du mythe. Inventer sa propre dynamique interne via la danse Butô. S’inventorier. Apprendre à « décomposer » son corps, à le « défractionner », à distiller les signes en éliminant les éléments du comportement « ordinaire ».

Nous rapprocherons notre recherche scénique de la tradition nippone par l’intermédiaire du théâtre Nô. Nous travaillerons également sur la base de textes du romancier Haruki Murakami. Murakami c’est marcher vers l’inconnu, franchir des frontières et des passerelles au-delà desquelles des Orphée modernes cherchent leur Eurydice sans jamais la trouver. Quête à la fois dérisoire et tragique, étrange dérive, exode spirituel.

Nous croiserons aussi notre recherche avec de mulptiples sources d’inspiration: Le mariage du Ciel et de l’Enfer de William Blake, L’enfer de Dante, Le paradis perdu de John Milton, Heiner Muller, Cocteau…

La danse-jeu aura pour décor sonore l’opéra Orphée de Christophe Willibard von Gluck. Faire cohabiter les grands et les petits ensembles. Travail de chœur. Exploration de rites populaires et de rituels, chercher une authenticité de l’interprète au-delà du cadre habituel.

L’atelier intensif s’adresse aux personnes débutantes ou expérimentées exerçant une technique corporelle. Aussi aux personnes provenant d’autres disciplines artistiques avec le goût de l’expérimentation et de la recherche de nouveaux langages expressifs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s