Butô-Beckett

Stage dirigé par Stéphane Cheynis

BB2

Cet atelier invite les participants à exercer leur désir de jouer, de danser, de dire, suivant un processus alliant le théâtre, la danse butô et l’écriture de Samuel Beckett. Il s’agit de concevoir par l’intermédiaire du jeu, de la danse, de la voix, une forme théâtrale audacieuse, singulière, qui ose incarner des personnages insolites avec un certain regard d’ailleurs ; une forme qui se réinvente jusque dans les corps défaits de leurs habitudes, qui s’expose au remuement organique des tensions et des sensations, qui suive le cheminement du personnage sur lui-même, et rende compte de la pensée à voix haute, du débordement de l’émotion.

L’approche de l’interprétation s’inscrit dans le cadre journalier d’un entraînement physique, vocal et respiratoire. Nous aborderons la notion du corps scénique réinventé, transformé, pour retrouver la liberté des mouvements dans un théâtre non cloisonné où le texte se mêle aisément au jeu  « dansé ». Va-et-vient d’un langage artistique à l’autre, du corps qui joue au corps qui danse, de la parole à l’image.

Axes de travail:

DANSE BUTÔ et TRAVAIL D’ACTEUR : échange de deux approches scéniques distinctes. L’acteur sur la corde raide entre parole et danse. Exploration d’un travail d’acteur à partir du contenu humain, d’un condensé de vie vécue. Se réinventer dans son corps. Se défaire de ses habitudes, de ses enchaînements moteurs ordinaires. Inventer sa propre danse interne, s’inventorier ou se déconstruire, approfondir sa mémoire ou refonder un autre schéma corporel. S’exposer à sa propre mythologie, aux paysages intérieurs, les capter pour les restituer dans le jeu.

PERSONNAGES : oser incarner des figures théâtrales insolites, des créatures amusantes, fascinantes, poétiques et absurdes. Des personnages qui seraient physiquement ce qu’ils transportent en eux, qui agiraient sur nous comme un miroir de notre être profond, qui matérialiseraient les forces et la démesure que nous avons tous en chacun de nous.

TRAVAIL DE SCENE et d’IMPROVISATION autour de la dramaturgie de Samuel Beckett. Se réapproprier sa concentration poétique et loufoque. Planter un territoire où le personnage va faire son petit tour quotidien, se promène tant bien que mal, se déplace en cahotant. Aborder un langage organique, et sa résonance dans l’intervalle où se produisent les menus changements d’une parole à l’autre, d’une figure à l’autre.

08 Bertin Poirée 1813

 

Publicités