Théâtre décomposé (ou l’homme-poubelle)

cropped-16.jpg

 « Je continue de travailler à mon traité sur la décomposition, l’infini et le détournement de soi. »

Une ville de façade figée dans son élan. Une ville jadis emprunte de « normalité », de propreté, de sécurité parfaite. Désormais déserte, jonchée de cadavres d’objets. Un champ de bataille après la lutte. Une plaie ouverte nous guettant de sa fixité.

Le temps y bat une mesure d’une lenteur tonale à paralyser tous mouvements.

D’étranges individus barricadés dans leurs appartements. Eux, jadis si polis, si routiniers, si ponctuels au travail. Des corps décomposés, rétrécis, verrouillés au cœur de leur espace intime. Des corps de viande et de chair offertes, des corps assiégés par la faim insatiable d’un double intrusif. Des membres rongés de la peau jusqu’à l’intérieur de la moelle.

Dire et ressasser la disparition. Celle du langage, des idées, de l’identité, celle de l’homme-poubelle progressivement amputé de soi jusqu’à la plus parfaite transparence. Même le trou noir de l’immortalité se transformerait en une gigantesque poubelle de matière informe, molle et gélatineuse, absorbant les résidus de la création.

Mettre en perspective l’architecture kaléidoscopique du « Théâtre décomposé » de Matei Visniec , un théâtre modulaire fait d’étranges fables ou de courts monologues que l’on peut restituer aussi bien à l’envers qu’à l’endroit, tel les morceaux dispersés d’un puzzle auquel il manque pourtant toujours une pièce pour le terminer.

Constituer progressivement un objet théâtral « décomposé » articulé autour de trois cycles autonomes s’imbriquant les uns dans les autres et pouvant se présenter séparément: Le cycle de la viande (décomposition), Le cycle des animaux (pulsions), le cycle des cercles (clôtures).5

Première recherche menée avec le soutien du Théâtre des Chartreux (Marseille) en mai 2012. Restitution publique le 18 mai 2012. Résidence de trois semaines à la DISTILLERIE (Aubagne). Présentations publiques les 23 et 24 novembre 2012 + Rencontre/débat dans le cadre des « Jeu(x) di(t)s d’auteurs » autour de l’œuvre de Visniec le 22 novembre 2012 (Théâtre Comœdia / L’escale / La Distillerie)

Texte: d’après Matei Visniec

Mise en scène: Stéphane Cheynis

 Avec: Jean-Christophe Petit, Olivier Chapus, Noël Granon

Lumières: Laurie Fouvet

Photographies: Bernard Sarré

Lien vidéo

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s